Revaloriser les enseignants et augmenter le pouvoir d’achat

La pauvreté, voilà, l’ennemi qui frappe malheureusement de nombreuses familles et par conséquent les plus fragiles d’entre nous : les enfants. Pour les sortir de cette situation, il faudrait que les parents disposent de moyens pour pourvoir aux attentes de ces générations qui ne sont plus futurs, car bien présentes. Un livre a défrayé la chronique ces derniers temps, chargé encore une fois de rumeurs d’Orléans. Si son auteur paraît vouloir utiliser l’émotion pour prospérer, il nous faut redire ici que l’enfance doit être protégée et que l’éducation n’est qu’amour et rien d’autre. Nous constatons d’ailleurs que le désamour est grand aujourd’hui entre les enseignants et le ministre de l’éducation nationale. Le fossé a été creusé par un gouvernement plus soucieux d’annonces et d’une politique éducative bâclée, que de se placer véritablement à l’écoute du corps enseignant. Ce n’est pas l’augmentation de 20 euros par mois, concédée sous la forme d’une revalorisation déjà programmée sous François Hollande -et malheureusement reportée-, qui redonnera du baume au cœur des enseignants.

Si le macronisme se fait moins péremptoire et moins provocateur, échaudé qu’il a été par les gilets jaunes, sa politique continue cependant à creuser les fossés et à entretenir les inégalités. C’est un sujet qui nous alarme. Nous ne sommes pas les seuls à constater un lien entre inégalités sociales et inégalités scolaires. L’école doit être un moteur, même si elle ne règlera pas à elle seule les maux qui gangrènent notre société fragmentée, individualiste, bousculée par les frilosités de l’Etat et les incertitudes : celles du quotidien, celles de la précarité, celles de la confrontation toujours vives entre les riches (toujours plus riches) et les pauvres (toujours plus pauvres).

A chaque rentrée, le gouvernement agite une avalanche de projets qui masquent un grand flou sur les ambitions collectives et les moyens mis en œuvres pour les atteindre. On attendait la réforme des retraites, il y aura recul et manœuvres en coulisses. On annonce pour l’école de nouveaux programmes, de nouveaux cycles, de nouveaux parcours, un nouveau départ… Tout ceci sonne comme des incantations et comme un affichage destiné à engourdir les esprits. Nous voici revenu au temps de Sarkozy, qui croyait que dire c’est faire ! Il pensait que la parole politique était performative par la rapidité et l’embrouillamini.

Nous, nous pensons aux véritables changements pour l’école et pour nos enfants. Ils tiennent à deux choses : la revalorisation de la fonction enseignante et la revalorisation de la cohésion sociale. La première requiert une véritable augmentation des salaires des enseignants et une écoute de ce qu’ils ont à dire à travers leurs organisations syndicales ; et la deuxième concerne la lutte contre la misère par l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages. Tout le reste n’est que fumigène et pénible distraction qui participent à l’exaspération de nos concitoyens.

Bernadette EBODE
Maire-adjointe
Petite enfance – Protection maternelle et infantile – Planning familial

De l’esprit d’équipe et de la richesse de la nation

Depuis quelques mois, des regards hagards de populations fuyant des zones de conflits et meurtries par les épreuves sur la route de l’errance nous appellent au secours.

Ici, aussi, nos banlieues lancent les mêmes regards implorant l’attention des pouvoirs publics. Toutes ces mains tendues attendent un sursaut de la nation afin qu’elle reste fidèle à elle-même, à son message social et solidaire. Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’expliquer, mais d’agir. Nous ne pouvons pas nous dissoudre dans le recours à la chose comptable pour différer nos élans solidaires, car nous tenons pour vérité que tous les êtres humains sont créés égaux et dotés de droits inaliénables, dont celui d’être secourus. Le dire ne signifie pas nier les difficultés. Cependant, pour l’attractivité de notre modèle et la défense de nos valeurs, nous devons nous battre pour réduire les inégalités et promouvoir des opportunités économiques durables pour tous.

Toutes ces mains tendues attendent un sursaut de la nation afin qu’elle reste fidèle à elle-même

Cette rentrée s’annonce difficile pour les étudiants dont le système d’admission postbac reste insatisfaisant. Quel avenir pour nos jeunes si le bac obtenu avec mention ne suffit plus à garantir un accès à l’université ? Quel avenir pour les salariés soumis aux réductions et aux cadences de plus en plus infernales  ? Quel avenir pour nos quartiers ? Ils sont le reflet de notre société : diverse. La peur irrationnelle de l’autre et l’absence de réponse aux désirs d’inclusion tant des plus jeunes que des plus fragiles est réelle et inquiétante. Pour une cohabitation apaisée, faisons respecter la loi tout en respectant l’humanité de ceux qui se battent pour une vie meilleure pour tous.

Inspirons-nous de l’esprit d’équipe, du brassage intergénérationnel dont ont fait montre les 23  BLEUS porteurs d’espoirs et de nouvelle dynamique comme ils l’ont montré en remportant la Coupe du monde de football et en offrant en partage la richesse de la nation. C’est la voie à suivre pour réveiller le monde solidaire qui sommeille en chacun de nous.

Bonne rentrée à tous !

 Bernadette EBODE ONDOBO

Une reconstruction pas si évidente…

Vitry étant concernée par l’étude d’impact sur la reconstruction de l’usine d’incinération des déchets d’Ivry-Paris, le conseil municipal devait donner son avis. Les élus socialistes et républicains ont voté contre. Pourquoi ?

Depuis des années, le mouvement associatif, collectif 3R/Zero Waste France, a démontré que la reconstruction de l’usine d’Ivry (2 milliards d’euros), n’était pas impérative. Continuer la lecture

Nos services publics sont en danger

Il y a un an, Emmanuel MACRON accédait à la présidence de la République porté par les médias comme l’homme providentiel d’un nouveau genre, ni de droite-ni de gauche, sauveur annoncé de notre pays. Force est de constater que depuis 12 mois seuls les plus aisés ont été sauvés, et ce, au détriment des plus précaires.

Chaque jour, nos services publics se dégradent. Education, justice, collectivités, etc. Seule la rationalisation économique et comptable compte, sous prétexte d’une soit disant « optimisation » qui ne vaut pas mieux que le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux mis en œuvre dans le passé par la droite et qui a conduit à une mise sous pression sans précédent de nombre d’agents. Continuer la lecture

Démocratie locale et mobilisation citoyenne

Depuis quelques mois, nous sommes engagés dans la démarche de participation citoyenne Imagine Vitry. La première phase des réunions publiques a abouti à une liste ambitieuse d’engagements que nous allons traiter dans la seconde partie de la démarche des Mardis d’Imagine, qui a débuté le 3 avril avec, soulignons-le, une belle participation des Vitriots.

Les axes retenus et les ateliers participatifs qui en découlent sont nombreux et divers. Bien qu’ils ne couvrent pas forcément l’entièreté des doléances des habitants, comme cela a pu être souligné lors de la soirée de lancement, nous pouvons nous réjouir des champs de réflexion ouverts. En parallèle, il convient de souligner que nous devons travailler à un meilleur fonctionnement des conseils de quartiers qui peuvent être aussi les outils pour appliquer certains engagements (propreté, création de centres de quartiers ou de centres pour pré-ados, etc.). Par cette organisation, les élus devraient prendre toute leur place dans les mesures mises en œuvre car ils sont les véritables acteurs responsables aux yeux de la population. Le groupe Socialiste, républicain et citoyen y est prêt.

les élus devraient prendre toute leur place […] car ils sont les véritables acteurs responsables aux yeux de la population Continuer la lecture

Un gouvernement en marche vers la précarisation !

Alors que nous serons bientôt à la fin de la première année du quinquennat, l’orientation politique prise par Emmanuel Macron et son bras droit Edouard Philippe, vient confirmer que ce gouvernement, bien loin de tergiverser sur la Droite et la Gauche, conduit une politique libérale, inégalitaire et autoritaire.

Ce sont ainsi les catégories les plus aisées qui sont favorisées depuis des mois, avec la suppression de l’impôt sur la fortune (-3,2 milliards) ou encore la fameuse flat tax à 30% sur le capital (-1,3 milliard). Les catégories populaires et les classes moyennes sont quant à elles directement concernées par la suppression des contrats aidés et la hausse de la cotisation sociale généralisée pour les retraités gagnant plus de 1200 euros. Continuer la lecture

L’accueil dans la nationalité française à Vitry

Le 17 mars 2018, sera organisée à la mairie de Vitry la première réunion d’accueil dans la nationalité française concernant 126 habitants de Vitry naturalisés en 2017 (206 en 2016, soit 8% à 10% des Val de Marnais naturalisés). Notre ville est fidèle à sa tradition d’accueil et de solidarité internationale qui est un marqueur de son Histoire. Elle a d’ailleurs été, le 17 janvier dernier, une étape de l’initiative européenne des villes d’arrivée et d’accueil des migrants (URBACT) relayée par le Conseil départemental.

Toute vision policière nie qu’émigrer, c’est d’abord et souvent vouloir survivre

Continuer la lecture

Nous appelons à faire barrage à l’extrême droite et à voter pour E. Macron

Comme en 2002, la Gauche sera absente du 2ème tour de l’élection présidentielle.
Les Français ont fait un autre choix que celui de porter à la présidence de la République notre candidat Benoît HAMON et son projet porteur d’égalité, de justice, d’avancées écologiques et sociales pour nos concitoyens.

Le Front National au pouvoir c’est la fin de la démocratie, la remise en cause de toutes nos libertés, l’inégalité érigée en principe et pour commencer celle entre les femmes et les hommes.

Nous appelons à mettre en échec la candidate du Front National, parti xénophobe et rétrograde, qui prône la haine de l’autre et met en danger notre République.
Pour cela, aucune voix ne doit manquer au candidat républicain Emmanuel MACRON le 7 mai prochain.

Ne nous trompons pas de combat : Emmanuel MACRON est notre adversaire politique, Marine LE PEN est une ennemie de la République.


⬇️ Téléchargez l’appel au vote de Luc Carvounas et Sarah Taillebois
⬇️ Téléchargez l’appel au vote de Jean-Luc Laurent