L’accueil dans la nationalité française à Vitry

Le 17 mars 2018, sera organisée à la mairie de Vitry la première réunion d’accueil dans la nationalité française concernant 126 habitants de Vitry naturalisés en 2017 (206 en 2016, soit 8% à 10% des Val de Marnais naturalisés). Notre ville est fidèle à sa tradition d’accueil et de solidarité internationale qui est un marqueur de son Histoire. Elle a d’ailleurs été, le 17 janvier dernier, une étape de l’initiative européenne des villes d’arrivée et d’accueil des migrants (URBACT) relayée par le Conseil départemental.

Toute vision policière nie qu’émigrer, c’est d’abord et souvent vouloir survivre

Notre commune compte sur ses propres services. Dans le cadre de l’accès aux droits des migrants, un chargé de mission reçoit individuellement plus de 1200 personnes par an pour faciliter les démarches administratives, au regard de lois qui ne cessent d’évoluer. Elle s’appuie aussi sur le mouvement associatif très dynamique dans ce secteur : apprentissage de la langue, notamment avec l’Ecole des adultes (500 élèves environ), permanences juridiques du MRAP, sans compter l’engagement solidaire multiforme de la Croix Rouge, des Restos du cœur, du Secours populaire, du Secours catholique et des nombreuses organisations de ressortissants d’origine étrangère. En outre, la transformation du Foyer Manouchian en résidence sociale a démarré dans le quartier des Ardoines

Nous agissons dans un contexte difficile. Certains organes de presse n’hésitent plus à parler de « plan de triage des migrants ». Prônant une ligne « ferme et humaine », la circulaire Collomb de novembre dernier, annonciatrice du projet de loi sur l’asile et l’immigration, a été dénoncée par le défenseur des droits, l’ancien ministre de droite Jacques Toubon, car elle se heurte aux « principes fondateurs de l’hébergement d’urgence ». Toute vision policière nie qu’émigrer, c’est d’abord et souvent vouloir survivre. L’élaboration de règles communes, notamment entre les Unions européenne et africaine, pourra réguler des migrations que les conflits et le réchauffement climatique ne cesseront d’engendrer.

Guy Labertit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *